Tour de la Nouvelle-Zélande (15) : Stewart Island

Stewart Island, c’est la troisième île de Nouvelle-Zélande par 47° de latitude Sud, entre les 40èmes rugissants et les 50ème hurlants…

Sa situation géographique lui valut très tôt la visite des explorateurs.

On n’est d’ailleurs pas sûr que le Capitaine Cook, qui découvrit cette terre lors de son premier voyage en 1770, pu conclure à son insularité ou non; il cherchait surtout à découvrir la pointe Sud de la nouvelle-Zélande et les conditions météo n’étaient pas favorables à une exploration poussée du détroit de Foveaux qui sépare l’île Stewart de l’île du Sud.

Nous, en tout cas, on en est sûr et nous emprunterons le détroit pour rallier la seule ville (ou village) d’importance; Oban.

Ce village semble baigner dans une ambiance bienveillante tant les habitants y sont accueillants… Pourtant, l’hiver, la météo doit y être particulièrement rude… L’économie dépend essentiellement du tourisme et de la pêche.

Luke, un pêcheur de langoustes dont les « cray pots » se trouvent à Dusky nous indique quelle bouée utiliser mais le mouillage n’est pas très confortable et nous bougeons vers Golden Bay dans Paterson Inlet, juste au Sud. Cela nous permet d’aller sur l’île Ulva, réserve ornithologique, qui nous gratifiera de la rencontre d’un Kàkà, perroquet rare qui vit dans les forêts.

Paterson Inlet est un terrain de jeu relativement grand et de nombreux mouillages mériteraient une visite; parmi ceux-ci Prices Inlet où Whale’s Bay abritait le premier chantier nautique de réparation de bateaux de chasse à la baleine…

On y trouve encore de nombreuses hélices qui devaient régulièrement être remplacées après de longs séjours en Antarctique.

A l’extrémité Sud-Est de Stewart Island, Port Aventure. Durant la navigation de nombreux albatros viendront tourner autour du bateau.

Le point d’orgue de l’île est à son extrémité Sud-Ouest, Port Pegasus. De gros rochers de granite et un paysage balayé par les vents, lui donnent une apparence grandiose et suscite le respect de la force de la nature.

Une randonnée nous amènera au sommet du Bald Cone (le « cone chauve), probablement l’une des plus belles que j’ai pu faire en Nouvelle-Zélande.

Nous mouillons à Sylvan Cove.

Encore une belle découverte, mais la saison avance et nous devons penser à remonter la côte Est…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.