Tour de la Nouvelle-Zélande (12) : Dusky Sound

Ce fiord est le plus long du Fiordland avec 44 km de long.

Dusky Sound fut approché par le Capitaine Cook alors que la jour baissait, il donna donc le nom Dusky (sombre) à ce fiord alors qu’il le croisait sous voile.

Pour moi, c’est le fiord le plus « romantique », de très nombreuses îles comme autant de fleurs sur la mer, mises en valeur dans un écrin de hautes montagnes.

Mais ces hauts sommets, ici,  n’écrasent pas le visiteur comme dans les fiords du Nord.

Nous empruntons donc l’Acheron passage depuis Breaksea Sound qui nous offre un beau panorama.

Notre premier mouillage sera Sportsman Cove, dont l’entrée est particulièrement étroite…

Lors du départ, le lendemain, je me ferai une petite frayeur, car nous sommes 2 à vouloir emprunter le chenal… Heureusement le Milford Wanderer, un bateau de croisière qui croise dans le Fiordland, m’apercevra avant de s’engager…

Dusky Sound fur l’un des fiords où le Capitaine Cook resta le plus longtemps lors de son deuxième voyage à bord de  Resolution, notamment à Pickersgill Harbour. C’est ici qu’il brassa sa première bière en nouvelle-Zélande à partir de Manuka et d’épicéa… et dont je vouslivre la recette originale

« Quantités égales de théier (manuka) et d’épicéa (rimu). Faire bouillir pendant 4 heures, ou
jusqu’à ce que l’écorce se détache facilement, puis retirez les solides et ajoutez 10 gallons de mélasse
(cette recette fait une tonne [240 gallons!] de bière). Porter à nouveau à ébullition puis ajouter
une quantité égale d’eau fraîche et froide. Lorsque le mélange refroidit pour devenir tiède, mettez-y
un peu de marc de bière ou de levure. Attendez quelques jours avant de boire. »

L’île voisine, Crayfish island, nous invite à une plongée qui comme son nom le suggère devrait nous faire découvrir pas mal de langoustes…

Avec plus de 200 jours de pluie par an, soit 7000mm d’eau, l’environnement marin présente une diversité et une organisation inhabituelle. L’eau douce, moins dense, qui occupe les premiers mètres en surface, très tannique et souvent colonisée par les algues, offre une luminosité très réduite, puis vient la couche d’interface avec l’eau salée, où le mélange de salinité trouble la progression de la lumière et rend la visibilité quasi nulle. En-dessous c’est l’eau de mer, et l’on y rencontre une faune et une flore qui d’habitude fréquentent des profondeurs beaucoup plus importantes.

L’entrée de fiords beaucoup plus lumineux présente des fonds plus « normaux » dont le développement est influencé par la houle du large toujours très présente.

Corail blanc, noir et rouge, morue, algues vertes, spinny starfish, tarakihi.

Le lendemain, nous nous déplaçons vers la sortie de Dusky Sound,  Facile Harbour…

De là, nous pouvons admirer la sortie du fiord et le chapelet d’îles qu’elle abrite.

C’est ici que se trouve l’épave de l’Endeavour (non pas le bateau de Cook mais un navire autralien).

Les bateaux anglais qui transportaient des condamnés en Nouvelle Galles du Sud en Autralie, recherchaient de la marchandise qu’ils pourraient échanger en Chine, à Canton, contre du thé, de la soie ou des épices qu’ils ramèneraient en Europe sur leur voyage retour, faisant ainsi de lucratives affaires. Or il y avait dans les années 1790 une forte demande de peaux de phoques en Chine, ressource dont le capitaine Cook avait vanté l’existence dans le sud de la Nouvelle-Zélande… Le 6 Novembre 1792,  un groupe de 12 chasseurs de phoque débarquèrent à Dusky Sound du bord du bateau Britannia du capitaine William Raven en provenance de Port Jackson (l’ancien nom de Sydney). Ils s’installèrent à Luncheon Cove; (Cook avait donnée ce nom à ce mouillage où il avait un bon dîner de langoustes…) avec des provisions pour 12 mois. La priorité pour Raven était de construire un abri pour les chasseurs ainsi qu’un bâtiment pour sécher les peaux. Ce fut ainsi que fut ériger la première structure européenne en  Nouvelle-Zélande ! Raven leur laissa également du matériel afin qu’ils puissent construire un bateau au cas, notamment, où le Britannia ne puisse revenir les chercher… Dans les 10 mois qui suivirent les chasseurs récupérèrent 4500 peaux de phoques ! Aucune visite si ce n’est un improbable « rendez-vous » avec un navire d’expédition espagnol qui ne put finalement entrer dans Dusky Sound à cause de vents contraires… Un mois plus tard, le capitaine Raven était de retour pour récupérer les chasseurs et leur marchandise de valeur. Le premier bateau construit en Nouvelle-Zélande par le groupe de chasseurs resta à Luncheon Cove. A partir de ce moment de nombreuses expéditions de chasse aux phoques furent organisées au départ de Sydney.

En Septembre 1795, l’Endeavour quittait Sydney pour l’Inde avec 50 condamnés à bord,accompagné par un second navire, Fancy. Son capitaine avait passé un deal pour récupérer le bateau construit par l’équipe de Raven (à cette époque la construction de navire était interdite en Australie, probablement pour éviter que les condamnés ne puissent s’échapper…). Le bateau fut amené à Facile Harbour mais sa condition était telle qu’une remise en état paraissait impossible…

Malheureusement une nuit, une tempête drossa l’Endeavour sur les rochers (ce fut le premier échouage en Nouvelle-Zélande). Les hommes à bord purent être sauvés mais le Fancy n’était pas assez grand pour transporter l’ensemble des 2 équipages, 244 hommes…

Un grand nombre d’entre eux devaient donc rester à Luncheon Cove pour environ 2 ans ! Après 3 mois ils avaient construit un second navire, Providence. Ainsi, avec Fancy, 154 personnes purent quitter Dusky Sound en Janvier 1796 et atteindre Norfolk Island dans une situation il vrai un peu désespérée… Les autres, à partir de l’épave de l’Endeavour, construisirent un autre bateau, mais une nouvelle fois tout le monde ne put embarquer et 35 personnes durent rester…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.